L'Aspartame "Le tueur silencieux"

Publié le par Silvio Carmino Bartolomeo Spezzi

Alors c'est peut-être de saison les boissons "light"
mais le principe de précaution devrait être adopté
au moins pour les cas où nous sommes les seuls à décider .

On nous impose les OGM, le nucléaire, les PCB de Monsanto,
  les pesticides, le lait trafiqué aux hormones, le pinard aux sulfites ...
Mais là, il vaut mieux manger un fruit et boire un coup de flotte
au bénéfice du doute .

D'autant plus qu'un truc bizarre se passe quand on se rencarde sur Laurie Moser
(auteur de ce message) et sur l'aspartame (de Monsanto aussi) :
le premier lien visible pointe vers "HoaxBuster"
le célèbre dénicheur de canulars du ouèb .
Wikipédia arrive plus bas sur la page alors qu'ils décrivent la subtance
comme définitivement cancérigène et toxique .

La totalité du message de Moser y est reprise en texte (sur hoaxbuster)
et le seul commentaire lisible au bas de la page est un dénigrement sans arguments
citant justement le manque d'arguments des détracteurs de l'aspartame .
Un peu à la manière de l'administration américaine qui traite de "nuts"
les Whistle-blowers sans leur opposer d'argument, sans s'expliquer .

Bref,
sur la page de hoaxbuster, on trouve un démenti sans fondements
et un seul commentaire qui se trouve donc être "pro-Monsanto",
 pourvoyeur mondial de ce faux sucre magique .

La simple présence de ce texte sur Hoaxbuster m'interpelle ;
autant que les difficultés rencontrées à communiquer sur "Sibel Edmonds"
ou encore "Liberty bound" de Christine Rose (la Angela Petrelli de Heroes)
ou bien "Le monde selon Monsanto"de Marie-Monique Robin
"Orwel rolls in his grave"de Robert Kane Pappas
(j'en oublie mais je ne renonce pas)
sans compter les comportements bizarres de mon ordinateur depuis ces essais de post...

Il y a des moments où l'exercice du copyright flirte aimablement
avec les démarches des étouffeurs d'infos et/ou de whistle-blowers :
John Ashcroft a fait taire Sibel Edmonds
et Canal + plus fait taire ceux qui essaient d'en parler
alors qu'ils ont produit le film
(cherchez l'erreur)

On retrouve le fond de la pensée de Noam Chomsky selon laquelle
la liberté et la diversité d'opinion ne seraient qu'un leurre
savamment entretnu par les médias contrôlés par ceux-là même dont on parle
en terme de manipulateurs, empoisonneurs, terroristes d'état etc ...
La ruse consiste donc, dans le "copyright", à exercer un droit de diffusion ... Ou de black-out .

Voici donc au bénéfice du doute le message de

Laurie Moser

L'aspartame : Tueur silencieux




----

fichier de secours



Commenter cet article