Achetez des fringues propres ...

Publié le par Silvio Carmino Bartolomeo Spezzi

... Mais lavez les quand même, hein ?
(faites pas les cons!)



    On en est tous là : "Si je vous propose 2 barils de Lavacho contre votre baril de Dombasle ?..."
Zêtes pas cons comme dans la pub, vous dites oui ; depuis le temps que l'on déprécie notre argent,
comme si ça ne suffisait pas qu'il y en ait moins,  on a du mal à acheter du Max Avelar,
même si, comme ils disent dans le spot, on n'est pas obligé d'être poli à la caisse ensuite .


Donc, l'esclavage dans les pays pauvres trouve sa raison d'être en notre pouvoir d'achat ;
Yves Cochet (député  écolo)  nous dit pertinemment  "les pays émergents n'émergeront jamais";
il sait de quoi il parle ; il parle d'énergie : les pays qui ont de l'argent ont de l'énergie
et voient leur démographie pérénisée (même si en baisse)

Normal, un pays riche est protégé des guerres, des intempéries, des épidémies, de la famine, de l'esclavage (quoi que), ou, du moins, est mieux préparé à affronter ces genres d'adversités .

Donc la réaction ici, en occident, face à ces négriers exploitant les faiblesses de notre diminuant pouvoir d'achat et des affamés là-bas loin, c'est d'acheter "Propre" ; "mais keskecêt ach'ter prop' ?"

  Ne bougez pas on vous dit ça tout de suite ...


Il y a un collectif
  "Vêtements Propres"
qui essaie d'amputer d'une petite partie les profits de quelques joyeux "petits navires" et autres "jacouilladit";
je n'ai pas encore la liste exhaustive des Ténardiers du textile,
mais je suppose qu'elle sera plus difficile à obtenir
que les adresses de fournisseurs clandestins de maïs transgénique en Europe .

Ce n'est pas "gagner la guerre contre le FMI affameur" de Volfovitz ou Strauss-Kahn,
(bonnet-blanc et blanc-bonnet de la police mondiale du dollar), mais ça peut aider .

lisez plutôt et visionnez :


Caméra en main, le cinéaste Matthias Stickel a accompagné
le collaborateur de la DB* Stefan Indermühle à Tirupur (Inde), haut-lieu de l’industrie textile.
*(Déclaration de Berne)

Son documentaire met en scène les différentes étapes de la chaîne de production du T-shirt
de la Campagne Clean Clothes (CCC), de la culture du coton biologique au vêtement fini.
La réalisation de ce T-shirt révolutionnaire a nécessité la collaboration de plus d’une centaine d’ouvriers d’usine, dont Sasi Rekha.
Ce film donne la parole aux employés de l’entreprise indienne Prem Group.
Vous découvrirez ainsi les visages qui se cachent derrière cette production exemplaire.

(ndlr nouvel-equinoxe : il n'est pas précisé pour le moment le recul des cultures du coton BT Monsanto en Inde)




Le film documentaire sur le T-shirt propre
made in là-bas (extrait)




NB: Évitez cependant de tomber dans un sentiment de culpabilité ou un militantisme orchestré, contre la Chine essentiellement ;
dans les divers textes que vous rencontrerez, l'Asie n'est pas la seule fautive dans les conditions de travail qu'imposent les PROFITEURS
occidentaux à l'achats de ces produits VOUS étant destinés à des prix attractifs grâce à la pauvreté de ces populations acceptant l'inacceptable pour survivre et à la faiblesse de ... Votre pouvoir d'achat .
La plupart des médias relayant ces infos dans vos télé, vos journaux sont la propriété, ou complices
de ces financiers impliqués dans la paupérisation généralisée des populations de la planète . 



S.C.B.S.2008

Publié dans Bio Solutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article